Corporation de développement culturel de Trois-Rivières

Ville de Trois-Rivières
1425, place de l'Hôtel de Ville
Trois-Rivières (Québec) G9A 4J4

Téléphone : 819 372-4614
cdctr@v3r.net

Collection d'art public

L’art public façonne l’identité et la beauté d’une municipalité. C'est pourquoi Trois-Rivières se pare d'une belle variété d'œuvres publiques.
Parfois incontournables, parfois subtiles, ces œuvres ornent les places publiques, les façades d'immeubles et l'intérieur de bâtiments municipaux afin de contribuer à la qualité de vie des citoyens.

Consultez la brochure sur l'art public trifluvien pour localiser les principales œuvres d'art installées entre 1910 et 2006.

Réalisations récentes

L'estacade
Une oeuvre de Nathalie Giguère, Florence Lefebvre et Luk Marchand avec la participation des programmes de fonderie, ébénisterie, charpenterie, soudage, électromécanique. L'oeuvre est située sur l'avenue des Draveurs.
2016-2017
Bois (pin Douglas), aluminium, béton, acier

L’estacade témoigne de notre histoire, du temps où la forêt fut transportée par les flots de la rivière Saint-Maurice, jusqu’à la capitale du papier. En hommage aux hommes et aux femmes de tous les métiers qui ont érigés la cité des Trois-Rivières.
Don du Centre de Formation professionnelle Qualitech à la Ville de Trois-Rivières.

L'estacade L'estacade

Noctiluques
Une œuvre de Martin Brousseau située sur l'esplanade de l’Amphithéâtre Cogeco 
2017
Acier inoxydable, plastique, rondelles réfléchissantes

Cette oeuvre cinétique, composée de 1 400 cuillères pivotantes déployées sur 41 mètres de clôture, rappelle les nuages d'organismes planctoniques marins qui s’illuminent lorsqu’ils s'agitent. Comme une multitude de girouettes, les cuillères se positionnent au gré du vent ou selon la fantaisie des spectateurs. Les couleurs vivantes et réfléchissantes invitent au spectacle, au jeu et à la contemplation.

Noctiluques Martin Brousseau Noctiluques - Martin Brousseau


Placottoir urbain  espace Badeaux
Une oeuvre de Marie-Jeanne Decoste située rue Badeaux
Réalisation du mobilier: Étudiants en Charpenterie-menuiserie du Centre de formation professionnelle Qualitech

2017 
Impression numérique, acier et bois

Ce placottoir est un lieu éphémère de rencontres et d’échanges offert à la population. Le projet vise à dynamiser et rendre accessible au public un espace où le mobilier urbain et les interventions artistiques cohabitent. D’un point de vue esthétique, le projet présente une approche graphique influencée par le Street Art (couleurs contrastées,  répétitions de motifs et pochoirs). Il était aussi important de conserver une ambiance de détente pour créer une oasis de repos pour les gens qui côtoient ce lieu au quotidien, tel un porte-voix de la nature qui interrompt le rythme et la cadence des activités urbaines.

Placottoir urbain Marie-Jeanne DecostePlacottoir urbain Marie-Jeanne Decoste 

Loess
Une oeuvre de Ludovic Boney située au parc de l'Amphithéâtre
2016
Aluminium

Minimaliste, montrant l’intérêt de l’artiste pour les structures, celle-ci délicatement dressée compte 594 anneaux soudés. Son positionnement semble être l’arrêt instantané d’un mouvement de balancement. L’œuvre vient à former un point de fuite intangible mais imaginable donnant l’impression que l’œuvre se poursuit encore et encore. On peut y voir l’idée d’une colonne altérée, la forme d'une corne de brume ou les voiles d’un voilier.

oeuvre d'art amphitheatre 2016art public 2016

Flottille
Une oeuvre de Roger Gaudreau située au parc de l'Amphithéâtre
2016
Granite, aluminium

Les 13 bancs artistiques s’apparentent à un ruban rectangulaire qui se courbe par endroits, évoquant les vagues, des embarcations diverses et le pont. Les bancs simples pointent vers le fleuve et les bancs doubles vers la rivière. Ils sont fixés sur des bases en aluminium dont le design s’apparente à l’architecture navale. Par des sentiers, les bancs sont reliés aux lettres monumentales qui touchent au sol.

Poèmes : Guy Marchamps 
Gravure des textes : Les Monuments Jean Boucher inc.

art public 2016 art public 2016 poesie


La vie est l'aquarium de l'espoir
Une oeuvre de Richard Purdy située à la gare maritime
2016

Cette anamorphose représente un corégone, poisson apparaissant sur les armoiries de la Ville de Trois-Rivières, également totem des premiers occupants des lieux, les Attikameks. Ce poisson fait référence à la ville, à son histoire, au fleuve ainsi qu’à la vie maritime présente dès les premiers occupants.

En se déplaçant, nous voyons le corégone dans un effet de distorsion comme s’il était sous l’eau, jusqu’à le voir apparaître devant nous au point de vue idéal (situé près de la plaque au sol devant la Gare maritime) pour voir l’illusion d’optique parfaite.

L’anamorphose est une déformation réversible d’une image à l’aide d’un procédé mathématique. L’image se recompose à un point de vue préétabli et privilégié. Elle peut être vue sans déformation à partir d’un endroit précis. 

La vie est l'aquarium de l'espoir de Richard PurdyLa vie est l'aquarium de l'espoir

La fanfare
Une oeuvre de Marie-Jeanne Descoste située rue Badeaux
2016
Impression numérique

Oh, mirifique ville aux abords du Saint-Maurice! De toi affluent trois rivières, elles coulent et abondent vers leur repère, ce grand Saint-Laurent.

Tandis que les hommes de ton régiment se rallient pour défendre le pays, le temps passe et les mœurs changent. C’est le retour du printemps et dans les rues, des airs de musique retentissent. Allez, sortez les drapeaux!

Désormais, au passage obligé, le voyageur s’agrippe dans tes draps fleuris et bleutés. Au parcours des quartiers et de tes ruelles, il trouvera des coins de rue où le temps s’est arrêté. Un panorama de clochers, de corniches et d’escaliers en colimaçon y incarne les figures du passé et du présent. Non loin de là, la forêt s’est imprimée dans ton paysage.

Le tintamarre de la grande ville résonne et soudain : la fanfare!

art public 2016 art public 2016


La course
Une oeuvre d'Annie Pelletier située boulevard du Carmel
2015-2016
Acier usagé, peinture industrielle

Cette œuvre représentant un cheval et son jockey rappelle le site du terrain de l’Exposition et l’hippodrome situés à proximité. Construite à la manière d’un flip book, l’œuvre crée une illusion d’optique alors que le cheval et son jockey semblent suivre les passants et les automobilistes. Ce même mouvement qui anime l’œuvre est un rappel à la circulation qui anime le boulevard du Carmel. 


Deux à deux, face à face : donnons-nous la main et jouons sur la place!
Une oeuvre d'Annie Pelletier située au Centre d'art des Récollets – St. James.
2016
Acier inoxydable et bronze

Deux personnages grandeur réelle tentent de se regarder l’air de jouer, essayant de se découvrir, cherchant à capter le regard de l’autre en s’extrayant légèrement de l’enceinte qui les accueille. Inspirée de la statuaire traditionnelle, l’œuvre fait écho à la nouvelle vocation culturelle du bâtiment en évoquant l’idée d’expression, de gestes et de mouvements propres aux arts de la scène et au théâtre.

oeuvre Annie Pelletier


La Fresque de Trois-Rivières
2009

La Fresque de Trois-Rivières est la plus grande de sa catégorie. Avec ses 760 m2 de peinture réaliste et en trompe-l’œil, c'est la plus grande fresque au contenu historique de la province.

Plus d'informations sur la Fresque



Collection d'art de la Ville de Trois-Rivières

Conformément à sa Politique culturelle qui reconnaît que les œuvres et les activités de ses artistes créateurs sont les moteurs de la vie culturelle locale, la Ville de Trois-Rivières s'est engagée à mettre en valeur et promouvoir la production d'œuvres d'artistes locaux.

Dans le domaine des arts visuels, cette volonté se traduit notamment par la mise en œuvre d'une Politique d'acquisition d'œuvres d'art afin de constituer une collection publique représentative de la production des artistes d'ici.