Plantes nuisibles

Unissons nos efforts pour contrôler la propagation des plantes qui provoquent allergies et démangeaisons.

Consultez les fiches d'information présentées sur cette page et aidez-nous à limiter la présence des mauvaises herbes sur le territoire trifluvien.

Herbe à poux

Repérer l'herbe à poux

L'herbe à poux: cet été, j'en arrache!

L’herbe à poux (Ambrosia artemisifolia) est une mauvaise herbe très répandue en ville qui pousse dans les sols pauvres et dénudés de végétation.

De juillet à octobre, son pollen provoque le rhume des foins et incommode des milliers de personnes. C'est pourquoi vous êtes invité à l'arracher dès que vous en voyez.

On retrouve principalement l'herbe à poux :

  • Le long des rues et des trottoirs;
  • Au bord des routes asphaltées;
  • Sur les terrains vagues;
  • Sur les terrains en construction;
  • Sur les terrains industriels.

Éliminer l'herbe à poux

L'herbe à poux s'arrache à main nue facilement et sans danger.

  • Jetez les plants d'herbe à poux dans un sac de plastique allant aux ordures;
  • Tondez votre terrain à la mi-juillet et à la mi-août;
  • Densifiez votre pelouse en l'ensemençant;
  • Utilisez du paillis ou des plantes pour couvrir le sol aux endroits où il n’y a pas de pelouse.

plante ambrosia artemisifolia juin juillet août polen arrache

Herbe à puce

Repérer l'herbe à puce

identifier la feuille de l'herbe a puce;  

L'herbe à puce (Toxicodendron radicans) est une plante rampante ou grimpante qui cause une douloureuse inflammation de la peau au contact de la sève. Les feuilles de cette plante se composent de trois folioles et la foliole centrale possède un pétiole plus long que ceux des folioles de côté.

L'herbe à puce est présente dans toutes les régions du Québec et pousse dans des habitats variés : 

  • À l'orée des bois;
  • Le long des clôtures;
  • Au bord des routes et des voies ferrées.

Éliminer l'herbe à puce

Avant d'arracher un plant d'herbe à puce, assurez-vous de porter des gants imperméables et des vêtements longs afin d'éviter d'être exposé à sa sève toxique.

  • Arrachez le plant et déterrez les racines;
  • Couvrez cette zone de paillis afin d'étouffer les repousses;
  • Jetez les plants d'herbe à puce dans un sac de plastique allant aux ordures.

Berce du Caucase

Repérer la berce du Caucase

plante heracleum mantegazzianum 

La berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) est une plante exotique envahissante. En plus de nuire à l'équilibre des écosystèmes, la sève de la berce du Caucase contient des toxines pouvant causer des brûlures à la peau.

Cette plante croît plus rapidement que les autres au début du printemps, c'est donc la période idéale pour l'éliminer.

Cette plante se trouve habituellement dans des habitats frais et humides :

  • Le long de cours d’eau;
  • Au bord des fossés;
  • Près des chemins de fer et des routes secondaires;
  • Dans les prés et les terrains vagues.

Éliminer la berce du Caucase

La Ville invite la population à signaler la présence de la berce de Caucase par courriel ou par requête ou encore en contactant le Centre d’information du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques au 1 800 561-1616.

Formulaire - Plaintes et requêtes

Les citoyens qui décident d'éliminer la plante eux-mêmes doivent prendre certaines mesures de sécurité afin d'éviter d'être exposé à sa sève toxique.

  • Portez des vêtements couvrant toutes les parties du corps et des lunettes de protection;
  • Lavez les outils en contact avec la sève de la plante;
  • Enlevez les vêtements et les gants en les retournant à l'envers;
  • Jetez les morceaux de plantes arrachés aux ordures dans des sacs en plastique;
  • À l’aide d’une pelle, sectionnez les racines de la plante à une profondeur d’environ 20 cm.

La berce du Caucase est parfois confondue avec la berce laineuse (Heracleum lanatum), une plante indigène qui n'est pas nuisible. Pour distinguer les deux plantes, consultez la fiche du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques .

Foire aux questions