Vision zéro

Selon la méthode de conception traditionnelle, les routes sont aménagées de manière à optimiser et assurer la fluidité de la circulation routière. La Vision zéro propose de penser et concevoir les routes autrement.

Plutôt que d’accorder la priorité à l’automobile, cette nouvelle philosophie est axée sur la volonté de voir d’abord à la sécurité des personnes vulnérables, qu’elles marchent ou qu’elles utilisent n’importe quel appareil de mobilité léger, du vélo au fauteuil roulant.

Pourquoi « Vision zéro »? Parce que l’objectif est d’éliminer, de manière continue et préventive, les blessures graves et les décès occasionnés sur nos routes.


6 principes fondamentaux

La Vision zéro exprime une véritable volonté de changement, reposant sur 6 principes fondamentaux :

  1. Aucune perte de vie n'est acceptable.
    La vie est prioritaire encore plus que la mobilité. De ce fait, si nous avons la capacité d'agir pour réduire les décès, nous avons l'obligation éthique de le faire. Cette stratégie ne vise donc pas à éliminer toutes les collisions. Vision zéro cible les collisions entraînant des décès et des blessures graves.

  2. Les collisions mortelles et les blessures graves sont évitables.
    Il doit y avoir une reconnaissance que les décès et les blessures graves causés par la circulation sont évitables et qu'il est donc possible de les prévenir. Ces tragédies sont évitables, les choix politiques et les choix d'aménagement ont des impacts majeurs sur les collisions routières.

  3. Les humains font tous des erreurs.
    Il est estimé qu'environ 90 % des collisions liées à la circulation impliquent des erreurs humaines, celles-ci ne peuvent pas être totalement évitées. Pour cette raison, un système efficace de sécurité routière doit prendre en compte la faillibilité humaine. Les erreurs ne doivent donc pas engendrer de morts ou de blessures graves.

  4. Les humains sont vulnérables.
    Le corps humain est vulnérable lorsqu'il est impliqué dans une collision avec des véhicules. De ce fait, la tolérance biologique des êtres humains (la limite physique qu'une personne peut supporter) doit être incluse dans la conception d'un système routier.

  5. La responsabilité est partagée entre les fournisseurs du système routier et les utilisateurs.
    L'approche Vision zéro souligne l'importance que les concepteurs et les gestionnaires du réseau routier ont de se questionner lorsque des collisions graves surviennent. Ils doivent s'assurer que les routes dans leur ensemble sont sécuritaires. Les usagers ont quant à eux la responsabilité de respecter les lois et les règlements.

  6. Prioriser un changement global
    Les changements au niveau des systèmes doivent être privilégiés. Les politiques et les aménagements permettent d'encourager les comportements souhaités en les rendant intuitifs et faciles à suivre. Vision zéro encourage donc une transition de l'approche traditionnelle, axée sur les comportements individuels, vers une approche qui influence les systèmes et l'environnement bâti.

Approche traditionnelle Approche Vision zéro
Se concentre sur tous les accidents Se concentre sur les décès et blessés graves
Suppose un comportement humain parfait Reconnait que les humains sont faillibles et vulnérables
Place la responsabilité sur l'usager Partage de la responsabilité entre les concepteurs, gestionnaires, décideurs et utilisateurs du système
Priorise les lieux « accidentogènes » Prend une approche globale, systémique

Plan d’action pour Trois-Rivières

À sa séance du 6 novembre 2018, le conseil municipal s’est exprimé majoritairement à l’adhésion de la philosophie « Vision zéro accident avec morts ou blessés graves dans les rues de Trois-Rivières ». Dès 2019, une étude sur l’impact de ce mouvement sur le territoire trifluvien sera réalisée. Du coup, cela permettra l’élaboration d’un plan de circulation efficace permettant de bien circonscrire les effets. Les premières mesures concrètes prendront effet à partir de 2020, alors que la vitesse dans les rues locales et collectrices passera à 40 km/h.

Dans sa résolution, le conseil municipal s’est engagé à mettre en place une démarche d'information notamment par la tenue de forums sur la Vision zéro et de consultation sur les modes d'application des différentes mesures proposées. Ce processus, au cours duquel sera présenté, par des experts, l'approche de sécurité Vision zéro permettra aux acteurs du milieu et aux citoyens de s'exprimer, de poser des questions relatives à cette approche et de bonifier les propositions, le cas échéant.

Ailleurs dans le monde

La Vision zéro a déjà fait ses preuves ailleurs dans le monde. Elle fût adoptée pour la 1re fois en 1997, en Suède. Dix-neuf ans plus tard, le taux d’accidents mortels avait diminué de 50 %.

En 2015, Edmonton fût la première ville canadienne à adhérer à cette philosophie. Montréal a adopté l’approche « Vision zéro » en 2016. La même année, Toronto déposait son plan d’action 2017-2021 proposant 50 nouvelles mesures de sécurité.

La Vision zéro est une philosophie récente, dont on commence à peine à entendre parler dans le domaine de la circulation. En l'adoptant, Trois-Rivières agira comme précurseur.