Collection d’art public

L’art public façonne l’identité et la beauté d’une municipalité. C’est pourquoi Trois-Rivières se pare d’une belle variété d’œuvres publiques.

Parfois incontournables, parfois subtiles, ces œuvres ornent les places publiques, les façades d’immeubles et l’intérieur de bâtiments municipaux afin de contribuer à la qualité de vie des citoyens.

Consultez la brochure sur l’art public trifluvien pour localiser les principales œuvres d’art installées entre 1910 et 2006.

La Traversée

Une œuvre de Camilia Leclerc-Richard située au 1505, rue Royale
2022
Art mural

Une production de Culture Trois-Rivières en partenariat avec MURAL
Assistant à la production : Jean-René Douville Tessier

L’œuvre de Camilia Leclerc-Richard représente le regard de soi qui voyage au travers les intempéries, qui grandit, qui a conscience des regards des autres afin de se libérer de ceux-ci. L’idée derrière sa proposition est d’offrir des couleurs dynamiques à Trois-Rivières, de créer des superpositions déphasées, d’utiliser la forme de contour comme écho, d’exploiter le motif et d’ajouter des formes figuratives pour les assembler et en faire une œuvre abstraite. Il s’agit donc d’une combinaison chromatique de couleurs lumineuses, vives et contrastées qui sont en interaction les unes avec les autres.

©Camilia Leclerc-Richard, 2022. Photo : Olivier Croteau

Vitesse -vol plane

Une œuvre de Marc-Antoine Côté située à l’extérieur du Colisée Vidéotron
2022
Aluminium

Assistant à la réalisation : Atelier du Bronze

Dynamique comme les sports de glace, l’œuvre empreinte de vivacité se matérialise en un catalyseur d’énergie référant à la notion de vitesse de réaction. À mi-chemin entre l’explosion et l’implosion, la structure attire le regard par son cinétisme et ses matériaux miroitants. L’œuvre résonne avec la vocation familiale et sportive de son environnement.

©Marc-Antoine Côté, 2022.

ADSUM 1871-2021

Une œuvre de Roger Gaudreau située au Parc du Platon
2022
Granit et aluminium

En forme de « V » comme « victoire », l’œuvre souligne le 150e anniversaire du 12e Régiment blindé du Canada et son patrimoine régional comme bataillon d’infanterie à l’origine puis comme unité blindée depuis l’aube de la Deuxième Guerre mondiale. Il rend hommage à tous ceux et celles qui ont servi au sein du Régiment depuis sa création le 24 mars 1871. À la fois esthétique et symbolique, l’ensemble présente un caractère universel et intemporel.

Ce monument est un don du 12e Régiment blindé du Canada à la Ville de Trois-Rivières. La Fiducie 12e RBC témoigne sa reconnaissance envers ses grands bienfaiteurs corporatifs qui ont contribué généreusement à la réalisation de ce monument commémoratif dans le cadre du 150e anniversaire régimentaire : les Anciens Combattants Canada/Veterans Affairs Canada, l’Association 12e Régiment blindé du Canada, la Ville de Trois-Rivières, la Banque de Montréal, Canadel, le Groupe Doyon, Somavrac, le Port de Trois-Rivières, Construction CMA, M. Jean Poliquin et M. Roland O Cyrenne.

©Roger Gaudreau, 2022.

ADSUM 1871-2021

Rivière

Une œuvre de Julian Palma située au coin des rues Notre-Dame Centre et Saint-Georges
2021
Art mural

Une production de Culture Trois-Rivières en partenariat avec MURAL

L’œuvre de Julian Palma s’inspire de la proximité du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Saint-Maurice. Par un amalgame de couleurs vibrantes, l’artiste rend hommage à la nature en intégrant des éléments graphiques végétaux et aquatiques. Le mouvement et la fluidité des formes rappellent la présence de l’eau et de son importance dans le développement de la ville de Trois-Rivières depuis sa fondation.

L’œuvre a été réalisée sous forme de mentorat en collaboration avec l’artiste trifluvienne Andrée Godin.
Assistant à la production : Félix Langlois.

©Julian Palma, 2021. Photo : Étienne Boisvert

Riviere - Julian Palma

Sans titre

Une œuvre de Jean-Jacques Besner située à la place d’accueil du Parc portuaire
1984
Métal et aluminium

Cette sculpture cinétique symbolise le conifère et les voiles de bateau. L’artiste s’est inspiré des éléments de la nature tels que le fleuve et la forêt qui ont contribué à bâtir la ville de Trois-Rivières. L’œuvre a été réalisée lors des travaux d’aménagement du Parc portuaire de Trois-Rivières par le gouvernement du Canada en 1984. À la suite d’une restauration majeure, l’œuvre a été réinstallée en 2021.

©Jean-Jacques Besner, 1984.

sans titre - Jean-Jacques Besner

Un restant de pitounes

Une œuvre de Lewis Pagé située au parc Robert-Bourassa
1991
Aluminium et granit

Cette sculpture évoque l’activité de la drave, aujourd’hui disparue, sur la rivière Saint-Maurice. Une époque marquante alors que le transport des billots de bois de 4 pieds, appelés pitounes, se faisait sur les rivières pour alimenter en bois les usines de pâte et papier. Une époque où Trois-Rivières portait fièrement le titre de la Capitale mondiale du papier journal. Une œuvre qui veut rendre hommage au courage des draveurs.

Don : Anne-Marie Simard-Pagé, fille de l’artiste

©Lewis Pagé, 1991.

Lewis Page Un restant de pitounes

Parcelles d’histoires

Une œuvre d’Olivier Charland située sur la rue Badeaux
2020
Impression numériqueLes œuvres du projet Parcelles d’histoires représentent des petits morceaux de conversations, de rencontres, d’échanges et d’émotions. Le projet s’insère dans l’aménagement de la rue Badeaux, afin de créer un endroit de collaboration et de rassemblement festif et convivial, pour les travailleurs et autres utilisateurs du centre-ville.

©Olivier Charland, 2020. Photo : Olivier Croteau.

Parcelles d'histoires - Olivier Charland1 Parcelles d'histoires - Olivier Charland2

Égarement Alpestre

Une œuvre de Lucas Saenger/ LSNR située sur l’édifice 1200-1240 de la rue Royale
2020
Art mural

Une production de Culture Trois-Rivières en partenariat avec Lndmrk.

LSNR aborde dans cette œuvre les thématiques de la nature et de la contemplation. Originaire des Alpes en France, il partage à sa manière, un petit bout de son pays de montagnes et de chalets. Sa composition mélange paysages et formes abstraites, géométrie et formes organiques, pour un visuel graphique dans lequel on peut s’égarer. La brique est toujours visible à quelques endroits. Cet effet de transparence crée différentes profondeurs et dynamise la murale. La palette de couleurs dans les teintes de violet, bleu, rouge et orange maintient un grand contraste avec les arbres du parc et un fort impact visuel en toute saison.

©Lucas Saenger / LSNR, 2020. Photo : Olivier Croteau

Murale Centre-ville - Lucas Saenger/LSNR1 Murale Centre-ville - Lucas Saenger/LSNR2

Noctiluques

Une œuvre de Martin Brousseau située sur l’esplanade de l’Amphithéâtre Cogeco
2017
Acier inoxydable, plastique, rondelles réfléchissantes

Cette oeuvre cinétique, composée de 1 400 cuillères pivotantes déployées sur 41 mètres de clôture, rappelle les nuages d’organismes planctoniques marins qui s’illuminent lorsqu’ils s’agitent. Comme une multitude de girouettes, les cuillères se positionnent au gré du vent ou selon la fantaisie des spectateurs. Les couleurs vivantes et réfléchissantes invitent au spectacle, au jeu et à la contemplation.

©Martin Brousseau, 2017.

Noctiluques Martin Brousseau Noctiluques - Martin Brousseau

L’estacade

Une oeuvre de Nathalie Giguère, Florence Lefebvre et Luk Marchand avec la participation des programmes de fonderie, ébénisterie, charpenterie, soudage, électromécanique. L’oeuvre est située sur l’avenue des Draveurs.
2016-2017
Bois (pin Douglas), aluminium, béton, acier

L’estacade témoigne de notre histoire, du temps où la forêt fut transportée par les flots de la rivière Saint-Maurice, jusqu’à la capitale du papier. En hommage aux hommes et aux femmes de tous les métiers qui ont érigés la cité des Trois-Rivières.

Don du Centre de Formation professionnelle Qualitech à la Ville de Trois-Rivières.

©Nathalie Giguère, Florence Lefebvre, Luk Marchand, 2016-2017.

L'estacade L'estacade

Loess

Une oeuvre de Ludovic Boney située au parc de l’Amphithéâtre
2016
Aluminium

Minimaliste, montrant l’intérêt de l’artiste pour les structures, celle-ci délicatement dressée compte 594 anneaux soudés. Son positionnement semble être l’arrêt instantané d’un mouvement de balancement. L’œuvre vient à former un point de fuite intangible mais imaginable donnant l’impression que l’œuvre se poursuit encore et encore. On peut y voir l’idée d’une colonne altérée, la forme d’une corne de brume ou les voiles d’un voilier.

©Ludovic Boney, 2016. Photo: Étienne Boisvert

oeuvre d'art amphitheatre 2016art public 2016

Flottille

Une oeuvre de Roger Gaudreau située au parc de l’Amphithéâtre
2016
Granite, aluminium

Les 13 bancs artistiques s’apparentent à un ruban rectangulaire qui se courbe par endroits, évoquant les vagues, des embarcations diverses et le pont. Les bancs simples pointent vers le fleuve et les bancs doubles vers la rivière. Ils sont fixés sur des bases en aluminium dont le design s’apparente à l’architecture navale. Par des sentiers, les bancs sont reliés aux lettres monumentales qui touchent au sol.

Poèmes : Guy Marchamps
Gravure des textes : Les Monuments Jean Boucher inc.

©Roger Gaudreau, Guy Marchamps, 2016. Photo : Étienne Boisvert

art public 2016 art public 2016 poesie

La vie est l’aquarium de l’espoir

Une œuvre de Richard Purdy située à la gare maritime
2016
Peinture

Cette anamorphose représente un corégone, poisson apparaissant sur les armoiries de la Ville de Trois-Rivières, également totem des premiers occupants des lieux, les Attikameks. Ce poisson fait référence à la ville, à son histoire, au fleuve ainsi qu’à la vie maritime présente dès les premiers occupants.

En se déplaçant, nous voyons le corégone dans un effet de distorsion comme s’il était sous l’eau, jusqu’à le voir apparaître devant nous au point de vue idéal (situé près de la plaque au sol devant la Gare maritime) pour voir l’illusion d’optique parfaite.

L’anamorphose est une déformation réversible d’une image à l’aide d’un procédé mathématique. L’image se recompose à un point de vue préétabli et privilégié. Elle peut être vue sans déformation à partir d’un endroit précis.

©Richard Purdy, 2016.

La vie est l'aquarium de l'espoir de Richard PurdyLa vie est l'aquarium de l'espoir

Deux à deux, face à face : donnons-nous la main et jouons sur la place!

Une oeuvre d’Annie Pelletier située au Centre d’art des Récollets – St. James.
2016
Acier inoxydable et bronze

Deux personnages grandeur réelle tentent de se regarder l’air de jouer, essayant de se découvrir, cherchant à capter le regard de l’autre en s’extrayant légèrement de l’enceinte qui les accueille. Inspirée de la statuaire traditionnelle, l’œuvre fait écho à la nouvelle vocation culturelle du bâtiment en évoquant l’idée d’expression, de gestes et de mouvements propres aux arts de la scène et au théâtre.

©Annie Pelletier, 2016.

Deux à deux, face à face : donnons-nous la main et jouons sur la place!, une oeuvre Annie PelletierDeux à deux, face à face : donnons-nous la main et jouons sur la place!, une oeuvre Annie Pelletier

La course

Une oeuvre d’Annie Pelletier située sur le boulevard du Carmel
2015-2016
Acier usagé, peinture industrielle

Cette œuvre représentant un cheval et son jockey rappelle le site du terrain de l’Exposition et l’hippodrome situés à proximité. Construite à la manière d’un flip book, l’œuvre crée une illusion d’optique alors que le cheval et son jockey semblent suivre les passants et les automobilistes. Ce même mouvement qui anime l’œuvre est un rappel à la circulation qui anime le boulevard du Carmel.

©Annie Pelletier, 2015-2016.

La course, une oeuvre d'Annie PelletierLa course, une oeuvre d'Annie Pelletier

La Fresque de Trois-Rivières

La Fresque de Trois-Rivières est la plus grande de sa catégorie. Avec ses 760 m2 de peinture réaliste et en trompe-l’œil, c’est la plus grande fresque au contenu historique de la province.

Plus d’informations sur la Fresque

©MuralCréation, 2009. Photo : Olivier Croteau.

 

Collection d’art de la Ville de Trois-Rivières

Conformément à sa Politique culturelle qui reconnaît que les œuvres et les activités de ses artistes créateurs sont les moteurs de la vie culturelle locale, la Ville de Trois-Rivières s’est engagée à mettre en valeur et promouvoir la production d’œuvres d’artistes locaux.

Dans le domaine des arts visuels, cette volonté se traduit notamment par la mise en œuvre d’une Politique  sur la gestion de la Collection d’œuvres d’art de la ville de Trois-Rivières afin de constituer une collection publique représentative de la production des artistes d’ici.

La Politique d’art public est un outil qui facilite une compréhension claire des orientations et des décisions liées à la gestion de l’art public et à la présentation d’œuvres sur le territoire de Trois-Rivières.