Lutte aux changements climatiques

La lutte aux changements climatiques est un enjeu prioritaire de la Politique du développement durable. 

Politique du développement durable

Depuis 2009, les actions de la Ville s'opèrent sur deux fronts :

  • La réduction des émissions de gaz à effet de serre afin d’aider à diminuer l’ampleur des changements climatiques;
  • L’adaptation aux changements climatiques qui se font déjà sentir, afin d’atténuer leurs impacts sur les infrastructures et la population.

Adaptation aux changements climatiques

Saviez-vous que Trois-Rivières est l'une des cinq villes du Québec à avoir effectué une démarche d’adaptation aux changements climatiques? 

Le 16 avril 2013, Trois-Rivières est même devenue la première ville au Québec à voir son plan d’adaptation aux changements climatiques approuvé par le ministère du Développement durable. Ce plan d’adaptation a ensuite été adopté par le conseil de ville le 2 juillet 2013.

Ce plan, fruit d’une analyse des vulnérabilités en lien avec les changements climatiques et d’une appréciation des risques qui en découlent, est doté de plus de 50 actions qui permettront d’apporter une certaine résilience face aux changements climatiques. 

Objectifs de la démarche

  • Assurer la pérennité et la sécurité des bâtiments et infrastructures;
  • Réduire les effets des îlots de chaleur;
  • Améliorer la gestion de l’eau potable et des eaux pluviales et usées;
  • Planifier le développement municipal en tenant compte des contraintes identifiées sur le territoire.

L’implantation de mesures d’adaptation aux changements climatiques est bien amorcée puisque la Ville a, dans les dernières années, réalisé plusieurs actions dont en voici un aperçu :

  • Installation de toits blancs à l’hôtel de ville, à la caserne 1 et à l’Amphithéâtre;
  • Mise en place d’un plan d’action de lutte aux îlots de chaleur qui inclut des plantations d’arbres ciblées;
  • Stratégie d’intégration des milieux naturels au développement urbain (conservation des tourbières, marécages et autres milieux humides);
  • Distribution de plus de 3 000 barils de récupération d’eau de pluie et organisation d'une campagne d’économie d’eau potable;
  • Révision des zones inondables et des talus exposés aux glissements de terrain.

Le grand projet de la rue Saint-Maurice

À ces actions s’est ajouté, à l'été 2017 le grand projet de la rue Saint-Maurice. Ce nouveau concept d’aménagement favorise la gestion optimale des eaux pluviales par l’implantation de zones de biorétention. 

Depuis la fin des travaux, la Ville étudie l’efficacité de ces nouvelles infrastructures en partenariat avec des chercheurs d'Ouranos, de l’Université de Montréal et de la Polytechnique de Montréal.
Ce modèle de rue pourra ensuite être répliqué dans la ville et permettra de mieux gérer les eaux pluviales, de réduire les effets des îlots de chaleur et d’améliorer le milieu de vie des citoyens.

aménagement durable, gestion des eaux pluviales, biorétention,

Appui à la déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique

Lors de la séance du conseil municipal du 18 décembre 2018, une délégation d’élèves de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, du Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières et de l’Institut secondaire Kéranna est venue déclencher l’état d’urgence climatique. La cohorte s’est présentée devant le conseil en le sommant de mettre rapidement en œuvre des mesures concrètes pour réduire l’empreinte écologique de la Ville de Trois-Rivières.

C’est à l’unanimité que ce cri d’alarme a été entendu et appuyé par le conseil. Avec cet appui, la Ville de Trois-Rivières reconnaît que des transitions rapides et de grande envergure dans plusieurs domaines, notamment sur le plan du transport, de l’aménagement du territoire et de l’énergie, sont nécessaires à court terme afin de limiter les effets néfastes des changements climatiques.

Par cette résolution unanime, Trois-Rivières s’engage notamment à favoriser le transport actif en améliorant le réseau de pistes cyclables, entre autres, et à participer activement au développement d’une solution de transport électrique pour ses besoins corporatifs.

Résolution C-2018-1476 - Appui à la déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique

Communauté bleue

Au mois de mars 2019, Trois-Rivières est officiellement devenue la 7e Communauté bleue au Québec.

La ville a en effet reçu la désignation par l'organisme Eau Secours suite à son engagement à adopter un cadre communautaire visant à reconnaître l'eau comme un bien commun.

Par cette initiative, Trois-Rivières se positionne parmi les municipalités pionnières au Québec en matière de traitement et d'utilisation responsable de la ressource. Elle s'engage notamment à : 

  • Éliminer graduellement la vente et l'utilisation d'eau embouteillée dans les établissements municipaux et lors des activités municipales;
  • Reconnaître le droit à l'eau et aux services d'assainissement comme un droit de la personne;
  • S'opposer à la privatisation des infrastructures et des services d'eau et d'eaux usées.

À l'échelle provinciale, Amqui, Danville, Nicolet, Rivière-du-Loup, Montréal et l'Université McGill font également office de Communautés bleues.

Réduction des gaz à effet de serre (GES)

Suite à l'inventaire effectué en 2009-2010 à partir des données de l’année 2008, la Ville s’était fixé pour objectif de réduire ses émissions de GES de 7 %. Le rapport démontre qu’entre 2008 et 2018, les émissions provenant des activités corporatives de la Ville sont passées de 13 125 à 14 243 tonnes de CO2éq. Il s’agit donc plutôt d’une hausse de 8,5 %.

Mise à jour de l'inventaire des émissions de GES de la Ville de Trois-Rivières 2018

Durant cette période, la Ville a pourtant entrepris de nombreuses actions pour réduire ses GES :

  • Élimination des systèmes de chauffage à l’huile dans les bâtiments municipaux;
  • Optimisation des opérations de déneigement;
  • Conversion de plus de 9 000 luminaires de rue à la diode électroluminescente (DEL);
  • Réduction du dimensionnement des véhicules municipaux.

Pourquoi la Ville n’atteint-elle pas ses objectifs?


Ces résultats, en deçà des attentes, s’expliquent en partie :
  • Par l’hiver très froid connu en 2018 qui entraîna une augmentation marquée de la consommation de gaz naturel (+26,88% par rapport à 2008) pour le chauffage des bâtiments;
  • Par la difficulté d’implanter certaines mesures vertes à grande échelle, par exemple l’autonomie des véhicules électriques, qui ne répond pas aux besoins de la Ville;
  • Et par l’augmentation de la population trifluvienne (+ 8 085 personnes).

Chose certaine, la Ville prend ces résultats avec sérieux et redoublera d’efforts pour rattraper son retard et réduire ses émissions de GES. D’ailleurs, en 2019, la Ville a notamment amorcé la vidange de ses étangs d’épuration pour réduire l’émission de dioxyde d'azote et l’étude de systèmes de chauffage de bâtiments qui lui permettrait de réduire sa consommation de gaz naturel.


Vers une politique environnementale


Au courant des prochains mois, la Ville de Trois-Rivières entend se doter d’une politique environnementale qui ciblerait des moyens concrets pour réduire les GES. Cette politique permettrait également de cibler d’autres enjeux environnementaux tels que la protection de la biodiversité, la gestion des matières résiduelles ainsi que la qualité de l’air et des sols.

Le comité sur le développement durable et l'environnement y travaille déjà et des consultations publiques sont prévues à l’automne prochain pour impliquer la population dans la réflexion.