Lutte aux changements climatiques

La lutte aux changements climatiques est un enjeu prioritaire de la Politique du développement durable. 

Politique du développement durable

Depuis 2009, les actions de la Ville s'opèrent sur deux fronts :

  • La réduction des émissions de gaz à effet de serre afin d’aider à diminuer l’ampleur des changements climatiques;
  • L’adaptation aux changements climatiques qui se font déjà sentir, afin d’atténuer leurs impacts sur les infrastructures et la population.

Réduction des gaz à effet de serre (GES)

L’inventaire des émissions de GES de la ville a été effectué en 2009-2010 à partir des données de l’année 2008. Cet inventaire sera mis à jour en 2018 avec les données de 2017. L’objectif est de réduire les émissions de 7 % entre ces deux inventaires.

En 2008, les activités municipales ont émis 13 124 tonnes de CO2. En comparaison, le transport en général sur le territoire trifluvien a émis 492 738 tonnes de CO2.  Le graphique suivant illustre les différentes sources d’émissions et leur part relative dans les émissions corporatives globales.

 graphique sources d'émissions de gaz à effets de serre

Voici des exemples d'actions qui permettent de réduire les émissions corporatives de la Ville. Certaines de ces actions sont réalisées à 100 % alors que d’autres sont toujours en cours.

  • Conversion de plus de 9 000 luminaires de rue à la diode électroluminescente (DEL);
  • Installation d’interrupteurs par détection de présence dans certains bâtiments municipaux;
  • Élimination graduelle des systèmes de chauffage à l’huile;
  • Formation de plus de 300 employés à l’écoconduite;
  • Optimisation des opérations de déneigement;
  • Utilisation de biodiésel;
  • Réduction du dimensionnement des véhicules municipaux et achats de véhicules électriques ou hybrides.

En plus de ces actions, la Ville fait la promotion des modes de déplacements alternatifs auprès de ses employés (Défi sans auto) et travaille à l’implantation des plans directeurs cyclables de Vélo Québec. Un plan de mobilité durable est aussi en cours de développement dans le cadre de la révision du schéma d’aménagement de la Ville.

Adaptation aux changements climatiques

Saviez-vous que Trois-Rivières est l'une des cinq villes du Québec à avoir effectué une démarche d’adaptation aux changements climatiques? 

Le 16 avril 2013, Trois-Rivières est même devenue la première ville au Québec à voir son plan d’adaptation aux changements climatiques approuvé par le ministère du Développement durable. Ce plan d’adaptation a ensuite été adopté par le conseil de ville le 2 juillet 2013.

Ce plan, fruit d’une analyse des vulnérabilités en lien avec les changements climatiques et d’une appréciation des risques qui en découlent, est doté de plus de 50 actions qui permettront d’apporter une certaine résilience face aux changements climatiques. 

Objectifs de la démarche

  • Assurer la pérennité et la sécurité des bâtiments et infrastructures;
  • Réduire les effets des îlots de chaleur;
  • Améliorer la gestion de l’eau potable et des eaux pluviales et usées;
  • Planifier le développement municipal en tenant compte des contraintes identifiées sur le territoire.

L’implantation de mesures d’adaptation aux changements climatiques est bien amorcée puisque la Ville a, dans les dernières années, réalisé plusieurs actions dont en voici un aperçu :

  • Installation de toits blancs à l’hôtel de ville, à la caserne 1 et à l’Amphithéâtre;
  • Mise en place d’un plan d’action de lutte aux îlots de chaleur qui inclut des plantations d’arbres ciblées;
  • Stratégie d’intégration des milieux naturels au développement urbain (conservation des tourbières, marécages et autres milieux humides);
  • Distribution de plus de 3 000 barils de récupération d’eau de pluie et organisation d'une campagne d’économie d’eau potable;
  • Révision des zones inondables et des talus exposés aux glissements de terrain.

Le grand projet de la rue Saint-Maurice

À ces actions s’ajoutera, à l'été 2017 le grand projet de la rue Saint-Maurice. Ce nouveau concept d’aménagement favorise la gestion optimale des eaux pluviales par l’implantation de zones de biorétention. 

Suite aux travaux, la Ville étudiera l’efficacité de ces nouvelles infrastructures en partenariat avec des chercheurs d'Ouranos, de l’Université de Montréal et de la Polytechnique de Montréal.
Ce modèle de rue pourra ensuite être répliqué dans la ville et permettra de mieux gérer les eaux pluviales, de réduire les effets des îlots de chaleur et d’améliorer le milieu de vie des citoyens.

aménagement durable, gestion des eaux pluviales, biorétention,